Notre Blog

Utilisation de la norme ISO 30401: 2018, dans l’audit de la gestion des connaissances des organisations africaines

juin 27th, 2019

Dans le cadre de missions d’accompagnement des organisations africaines en matière de gestion des connaissances, Thiendou Niang du Cabinet Afrique Communication a procédé à des audits de la gestion des connaissances. Ces audits ont utilisé comme référentiel la Norme ISO 30401 (Novembre 2018) relative au Système de Management des connaissances. Les exigences de cette normes ont été organisées sous la forme d’une matrice d’audit structurée autour des cinq dimensions suivantes : Politique et stratégie, Ressources, Processus, Technologie et infrastructures , Évaluation de la performance et  Apprentissage Il ressort de ces travaux plusieurs constats. L’audit de la gestion des connaissances réalisé auprès de trois  organisations africaines (un institut universitaire au Sénégal, un projet de développement au Mali et un organisme de coopération régionale en Afrique Centrale) donne un indice de maturité de 60%. On relève une bonne tenue pour les aspects Politique et stratégies ainsi que les activités de gestion des savoirs. Une attention particulière est accordée à la qualité des producteurs de savoirs. Toutefois, le niveau d’investissement et d’appropriation de l’infrastructure technologique ainsi que le suivi évaluation et l’apprentissage restent encore faible. Leçons apprises
  1. La première leçon est que l’utilisation de la norme ISO 30 401 permet d’apprécier l’état global de la gestion des connaissances et de disposer d’un indice renseignant sur le niveau de maturité de celle-ci.
  2. La cartographie des dimensions de gestion des connaissances auditée offre une perspective plus éclairée sur les pistes de renforcement de capacités des organisations
  3. L’outil permet de procéder à une comparaison de la performance des organisations en gestion des connaissances malgré la diversité de leur environnement et de leur profil.
Une des questions émergentes  de l’analyse des données des organisations est l’absence de facteurs explicatifs des niveaux de performance de la gestion de connaissances constatés. Il semble utile de prolonger la réflexion sur l’influence des trajectoires personnelles sur la gestion des connaissances, et sur l’influence de la fonction principale de l’organisation (recherche, formation, développement, etc) sur la gestion des connaissances.
HTML Templates by uiCookies