Application de la nouvelle Convention collective des journalistes: les négociateurs affûtés

Les professionnels de l’information et de la communication forment leurs négociateurs dans le cadre du renouvellement de la Convention Collective des Journalistes qui devra remplacer celle de 1990. En allant à la rencontre des patrons de  presse dans les prochai­nes semaines, ils devront être outillés pour obtenir la signature de ce document. Selon Ibrahima Khaliloulah Ndiaye, secrétaire général du SYNPICS, il «sera question pour cette formation de bien outiller nos futurs négociateurs sur le plan de l’art de la négociation pour pouvoir faire face aux patrons de presse afin de les convaincre à signer. A la sortie de cette formation, poursuit-il, ils pourront bien défendre la pertinence et la nécessité de la ratification de ce document».

Aux yeux du Synpics, la convention actuelle est dépassée. Selon l’ancien directeur d’approvisionnement d e la RTS et ancien membre du Bureau exécutif national du Synpics, Lucky Patrick Mendy, elle  ne permet pas aux journalistes de vivre correctement  de leur métier.  «Avec la dévaluation du franc Cfa en 1992, le pouvoir d’achat des travailleurs a baissé et les met ainsi en situation inconfortable». Cette situation démotive les professionnels de l’information et de la communication et provoque en même temps la fuite des cerveaux. « Il faut alors renouveler cette convention et l’adapter aux conditions de vie actuelles difficiles du pays», suggère-t-il. Aujourd’hui, la Convention qui sera soumise au patronat de presse prend en considération le vécu quotidien des travailleurs de l’information et de la communication.

Extrait du quotidien LE QUOTIDIEN du DU 08 AVRIL 2015, page 5.

Cet article sur le SYNPICS est issu de l’activité de veille médiatique et de média monitoring (média, presse, journaliste, radio, télévision, presse écrite, internet et média sociaux) du Cabinet Afrique Communication, Agence de communication Dakar, Sénégal.



Laisser un commentaire

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.