Face au danger, que peuvent faire les journalistes ?

Pour les journalistes membres de la presse libre, le danger fait partie du métier. Il guette en particulier les reporters qui travaillent dans les zones de conflit. Mais aussi ceux qui couvrent des épidémies et des catastrophes naturelles.

Mais aujourd’hui, dans beaucoup d’endroits du monde, les journalistes peuvent être pris pour cibles. « Les temps ont complétement changé », affirme Joel Simon, directeur exécutif du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)

http://www.youtube.com/watch?v=weiTTVS1AMY

 

La plupart des grands organes de presse ferment leurs bureaux à l’étranger, explique Robert Mahoney, vice-directeur  du CPJ. Résultat : des journalistes locaux ou des pigistes, comme les victimes de Daech Steven Sotloff et James Foley, partent couvrir des sujets et la vie des gens dans les zones de conflits ou dans des lieux reculés.

Pour Joel Simon et Robert Mahoney, la première chose très importante que les journalistes doivent faire avant de partir sur le terrain, c’est d’évaluer les risques auxquels ils vont être confrontés. Se rendent-ils dans un lieu où ils pourraient être détenus ou emprisonnés, où ils pourraient être attaqués physiquement ? Ou bien, est-ce qu’ils risquent tout simplement de se retrouver au milieu des tirs ?

Après avoir vérifié et compris les risques encourus, ils auront une meilleure idée des précautions et du matériel à prendre.

Les journalistes étrangers doivent aussi tenir compte des dangers qu’ils font encourir aux personnes qu’ils interviewent. Beaucoup d’habitants locaux prennent de gros risques en travaillant avec des personnes qui ne sont pas originaires du pays. Ils tiennent souvent leurs activités secrètes, même vis-à-vis de leur propre famille.

« Nous, on peut partir. On peut prendre un avion et s’enfuir. Eux, ils doivent rester », rappelle Mahoney.

La deuxième chose à prévoir, c’est un plan de communication d’urgence. Si les choses dégénèrent, qui sera au courant et quelles dispositions seront prises ?

« Ce sont les mesures les plus élémentaires que les journalistes doivent prendre pour se protéger, indique Simon. Elles découlent les unes des autres. »



Laisser un commentaire

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.