Processus de capitalisation d’expériences

Le Manuel sur la capitalisation des expériences 2012 publié par le Programme d’adaptation en Afrique, avec le concours de IED Afrique, donne les principales étapes d’un processus de capitalisation d’expériences. Ce processus comporte quelques étapes principales notamment la planification, l’identification, la description, l’analyse, la mise en forme des résultats, le partage et le suivi-évaluation.

La première étape est de réexaminer les enjeux de la capitalisation pour l’organisation. Ensuite, il faut définir les objectifs recherchés à travers le processus de capitalisation d’expériences.

Les étapes du processus de capitalisation d’expériences

La planification est une étape essentielle, à la fois stratégique et opérationnelle. Dans cette étape, il est possible de soulever des questions préliminaires liées aux buts et objectifs et au suivi des processus. C’est aussi l’occasion de déterminer plus précisément les expériences à capitaliser.

Par la suite, l’identification de l’expérience peut présenter succinctement l’expérience en présentant le contexte tout en essayant de fournir une réponse à la question.

La description de l’expérience est l’étape consistant à examiner l’expérience en détail en établissant des profils historiques, des méthodologies, des positions et des rôles des participants, des mécanismes organisationnels et des processus techniques. Il s’agit du premier niveau d’analyse, exprimant l’appréciation des résultats et des effets attendus et inattendus, positifs et négatifs.

L’analyse de l’expérience fait l’objet d’une évaluation approfondie basée sur les domaines de capitalisation identifiés. À ce stade, on peut tirer des leçons sur l’expérience de mise en œuvre. Concernant la mise en œuvre des résultats, il s’agit de fusionner tous les éléments du processus et de les partager.

Pour le partage des résultats, les connaissances générées à la fin du processus entreront dans le domaine public par le biais de divers médias et canaux en fonction des objectifs de communication.

En ce qui concerne le suivi et évaluation, il s’agit de toutes les activités transversales et continues. Il doit soutenir le processus de capitalisation lui-même et le processus de diffusion des résultats. Les informations générées permettent aux parties prenantes d’initier les mesures de consolidation ou les corrections nécessaires. Dans le processus, les systèmes de suivi et d’évaluation doivent être participatifs et inclusifs.

Remarque :

L’importance du mécanisme de suivi et d’évaluation conduit à terme à un nouveau cycle d’identification, de capitalisation, de communication et de partage dans un  prisme infini. La capitalisation d’expériences est un processus itératif, où chaque étape procède à l’amélioration des autres parties.

En outre, la capitalisation d’expériences est le processus de génération de connaissances. La collecte et la construction d’informations sont continues tout au long du processus. La mise en œuvre du processus de capitalisation d’expériences peut provenir de différents acteurs. Elle peut être initiée par des projets ou programmes, des individus ou des organisations communautaires. Mais, quel que soit l’initiateur, l’avancement du processus nécessite une bonne maîtrise de la stratégie de capitalisation d’expériences.

Parfois, le travail de capitalisation d’expériences est délégué à du personnel externe. Le plus souvent l’acteur lui-même dirige le processus avec le soutien du modérateur. Il est donc important de définir le profil du facilitateur. Cela en fonction des objectifs et des résultats attendus du processus. Dans tous les cas, il doit avoir de bonnes capacités d’analyse, d’animation et d’écriture.

Afrique communication offre a ces clients et partenaires un accompagnement de processus de capitalisation d’expériences, une evaluation de capitalisation d’expériences et une Formation en Capitalisation d’expériences